Rapport du Défenseur des droits « Emploi des femmes handicapées »

Une obligation d’emploi des personnes handicapées a pour la première fois été posée le 10 juillet 1987.

Depuis son instauration, de nombreux progrès ont pu être réalisés, même si certains obstacles subsistent toujours et affectent différemment les personnes handicapées selon leur handicap et leur sexe.

Le Défenseur des droits s’est intéressé aux personnes dont les caractéristiques les exposent à des discriminations combinant plusieurs critères, permettant d’étudier l’accès aux droits des personnes en situation de vulnérabilité sociale et économique. Cette intersectionnalité éclaire sous un jour nouveau les difficultés auxquelles peut être confrontée une femme handicapée en cessant d’opérer une analyse élément par élément, mais en les combinant.

Le rapport démontre que les femmes en situation de handicap rencontrent des discriminations dans l’accès à l’emploi et dans leur carrière parce qu’elles sont femmes et handicapées. Ces mêmes difficultés se retrouvent sur le parcours scolaire de nombreuses femmes, agissant directement sur leur vie professionnelle. Le niveau de qualification des personnes handicapées reste bas et il est encore plus faible au sein de la population féminine. En 2013, le taux de femmes handicapées sans diplôme ou possédant uniquement le brevet des collèges est estimé à 42%, contre 28% pour l’ensemble de la population. Cette situation se répercute directement sur le marché du travail : le taux d’inactivité des femmes handicapées est de 49% (43% pour les hommes), un chiffre important à comparer avec le reste de la population (32% pour les femmes et de 24% pour les hommes).

Celles qui accèdent à un emploi sont encore sont trop souvent affectées par des stéréotypes de genre. Les femmes handicapées sont recensées pour plus de la moitié dans seulement 12 familles professionnelles sur 87 (soins à la personne, emplois relatifs au « care », secrétariat…).

En emploi, la situation des femmes semble être davantage marquée par la pénibilité et la précarité, les femmes étant davantage à temps partiel que les hommes, et les trajectoires de carrière semblant plus limitées. L’accès à la formation continue est plus difficile et les postes à responsabilité sont bien souvent inatteignables.

Fort de ce constat, le Défenseur des droits émet des recommandations : parmi elles, la promotion des modèles de réussite des femmes en situation de handicap.

Pour consulter le rapport :

http://www.defenseurdesdroits.fr/sites/default/files/atoms/files/rapport_sur_lemploi_des_femmes_en_situation_de_handicap-accessiblefinal.pdf

Pour les entreprises et les acteurs du monde du travail, le temps doit désormais être celui de l’action.

 

Sébastien Courou


Au sujet de Droit Pluriel

Droit Pluriel, Une Association pour une Justice Accessible à Tous