Parents handicapés face à la justice : le parcours du combattant

La projection débat de "Parents à Part Entière !" à la Maison des Avocats de Lyon, le 17 juin 2019.

« Si vous ne voyez pas ce que j’ai dans la main, vous ne pouvez pas avoir la garde de votre enfant » a affirmé la juge aux affaires familiales à Mickael.

Ce témoignage édifiant est extrait de « Parents à part entière », documentaire dont Droit organise la tournée dans les Ordres d’Avocat en France.

Nantes, Lyon, et Paris ont déjà accueilli cette soirée qui permet la rencontre entre professionnels du droit et personnes aveugles. Au total, 12 projections seront organisées sur l’année 2019 : autant de soirées qui permettront de faire tomber les préjugés sur la parentalité des personnes handicapées.

Ce projet fait émerger des témoignages que nous recevons depuis le début de la tournée. Il était urgent de donner la parole aux parents confrontés à une justice qui a du mal à les croire capables du fait de leur handicap.

S. a témoigné à Lyon. Son combat pour conserver la garde de ses enfants au cœur d’une machine judiciaire qui n’avait jamais envisagé son rôle de parent    « Lors de mon divorce, j’ai dû prouver, certificat après certificat, que je donnais à manger à mes enfants, que je les lavais, que je les emmenais chez le médecin quand ils étaient malades, que j’étais une mère, responsable et aimante. Aveugle et mère, j’ai dû prouver que c’était possible.  Et j’ai gagné : j’ai obtenu la garde partagée. Malgré les attaques de l’avocat de mon ex-mari, qui instrumentalisait ma cécité, j’ai gagné la confiance de la justice. Huit ans plus tard, le père des enfants a voulu m’atteindre en réclamant la garde exclusive. Les enfants allaient très bien, leurs résultats scolaires étaient excellents, il n’y a eu aucun souci pendant ces huit années. Pourtant, devant le juge, j’ai du à nouveau prouver que j’étais capable. Ces mêmes certificats humiliants m’ont été réclamés. »

Les parents handicapés racontent ces expériences d’une justice traumatisante qui présuppose leur incompétence parentale. C., atteinte d’un trouble d’élocution, raconte comment à aucun moment de la procédure, on s’est adressée à elle. Comment, enfin, son avocate, un peu gênée, lui a demandé de fournir un certificat médical prouvant que son état psychiatrique était compatible avec la garde de son fils. « J’ai des difficultés à prononcer les mots suite à mon AVC, c’est tout. Quel rapport avec la psychiatrie ? »

V., elle, est sommée de fournir des certificats médicaux prouvant que l’évolution de son cancer ne l’empêche pas de s’occuper de ses filles.

« Si un jour, ma maladie met en danger mes enfants, je saurais prendre les mesures nécessaires, je n’aurais pas besoin de l’injonction d’in juge. »

Il faut le répéter encore et encore : on peut être aveugle, sourd, en fauteuil, autiste … et être parent !

Nos partenaires sur la tournée du documentaire “Parents à Part Entière !’ dans les Ordres d’Avocats en France.
Partagez:

Commentaire (1)

  • Maison Des Avocats Nantes – Ideale woninginrichting| 18 septembre 2019

    […] Download Image More @ droitpluriel.fr […]