Journal de la tournée “Parents à Part Entière !” : Première étape à Nantes !

Mathieu Annereau, Bruno Carriou, Anne Sarah Kertudo et Louis-Georges Barret lors de la soirée à Nantes


Droit Pluriel lance, en partenariat avec le CNB et avec le soutien de l’UNADEV et le fonds de dotation Lucie Care la tournée du documentaire « Parents à part entière ! » dans les Ordres d’Avocats de France.


L’objectif : favoriser la rencontre entre personnes aveugles et professionnels du droit.


Mieux connaître le projet : http://droitpluriel.fr/lancement-de-la-tournee-parents-a-part-entiere/


Les enjeux : le handicap, on en parle, les discours et les déclarations se succèdent. Voici un projet concret, qui peut renverser les préjugés, faire avancer réellement le regard et les pratiques. Mais comment cela se déroule sur le terrain ? On vous raconte


Première étape : Nantes, le 5 juin 2019.

Mathieu Annereau, Bruno Carriou, Anne Sarah Kertudo et Louis-Georges Barret lors de la soirée à Nantes
Matthieu Annereau, Bruno Carriou, Anne-Sarah Kertudo et Louis-Georges Barret lors de la première de “Parents à Part Entière !”, le 5 juin à Nantes.


Les préparatifs :


La tournée démarre au Barreau de Nantes. Première étape, premier test. Ce Barreau ne s’annonçait pas comme la soirée la plus simple de la tournée : c’était la première, nous n’avions pas la confiance acquise par l’expérience et aucune certitude que les publics soient touchés par l’information. Bref, allions-nous nous retrouver devant une salle vide ?


Le barreau de Nantes nous avait laissé le soin de l’organisation technique de la soirée. Nous voici donc à la descente du train, les bagages dans une main, un caddie plein à ras bord dans l’autre, 50 kilos de pain perdus, sandwichs et verrines en tout genre, direction le Barreau de Nantes.


La soirée :


Le Bâtonnier Bruno Carriou a ouvert la soirée en insistant sur l’importance de la question du handicap. Il souligne les actions du Barreau sur un thème proche : l’égalité femmes hommes et rappelle que le handicap n’est pas un sujet proche mais concerne précisément l’égalité des droits.


Louis-Georges Barret, avocat membre du Conseil de l’Ordre, connu pour son engagement indéfectible pour l’accessibilité, a pris plusieurs fois la parole dans ce qui a constitué les moments forts de cette soirée. Il raconte une anecdote extraordinaire sur le restaurant Le Reflet, dont il est l’un des fondateurs : Il décrit ses salariés démunis à la lecture de leur contrat de travail. Les neuf articles leurs paraissaient incompréhensibles. De fait, handicap intellectuel ou non, il faut reconnaître que le droit a du mal à se mettre à la portée de chacun. Louis-Georges Barret ne se laisse pas arrêter par ces traditions élitistes : il « traduit » les neuf articles en français accessible et permet ainsi aux travailleurs de comprendre ce pourquoi ils s’engagent. Bravo !


Mathieu Annereau, Radhia Essassi, Anne Sarah Kertudo et Bruno Carriou lors de la soirée à Nantes
Matthieu Annereau, Radhia Essassi, Anne Sarah Kertudo et Bruno Carriou lors de la première de “Parents à Part Entière !”, le 5 juin à Nantes.


Matthieu Annereau, président de l’APHPP (Association pour la Prise en compte du Handicap dans les Politiques Publiques et Privées), lui-même non voyant, parle de la réalité des personnes aveugles et des adultes voyants qui interdisent aux enfants de poser des questions (« pourquoi le monsieur il a une canne blanche ? ») Matthieu nous rappelle l’importance d’expliquer, d’énoncer, de ne pas avoir peur de dire.


Radhia Essassi, enfin, coordinatrice du Conseil Départemental d’Accès au Droit de Loire-Atlantique, montre par des exemples très parlants comment les professionnels peuvent créer, faire preuve d’inventivité pour adapter les structures à tous. Elle raconte avec une conviction qui emporte le public la création d’une permanence juridique bilingue en langue des signes pour permettre aux Sourds de Loire-Atlantique de connaître leurs droits. Des professionnels qui font avancer la justice, ça fait du bien !


Verdict ?


Et le public ? Le Bâtonnier a déploré l’absence des avocats à cet événement.  On a senti que lui-même prenait toute la mesure de l’enjeu et l’urgence de sensibiliser ses confrères : « Nous ferons encore plus et mieux demain ! ». L’AVH (association Valentin Haüy) est représentée par l’une de ses membres, qui témoigne du manque d’information du grand public concernant la cécité, de la nécessité de former et d’informer pour que les gens comprennent qu’on peut être aveugle et mener une vie normale.

Dans le public, chacun réagit pour dire ce qui l’a touché dans le film. Des questions sont posées sur la cécité, ses conséquences : enfin les tabous sont levés.


Bruno Carriou s’entretien avec Louis-Georges Barret. Il suggère la création d’une Commission Accessibilité.


Conclusion : on a eu peur d’une salle vide, mais le public était présent. La qualité des intervenants a été saluée. Merci à eux.


Prochaine étape : le barreau de Lyon, lundi 17 juin à la Maison des Avocats.

Prochaine étape : projection débat à la Maison des Avocats de Lyon le 17 juin
Prochaine étape : projection débat à la Maison des Avocats de Lyon le 17 juin.


Nos partenaires :


Partagez: